Recevez les dernières nouvelles mises à jour continuellement sur les sujets les plus suivis avec NewsHub. Installez-le maintenant.

EN VUE Michel Legrand Du grave et des aigus

6 novembre 2018 16:18
24 0

Pour Nathalie Dessay, il est le « Mozart du XXème siècle ». Il signe la musique du film laissé inachevé par Orson Welles : « The other side of the wind ».

Voilà une musique de Michel Legrand que l'on ne l'attendait pas. Celle d'un inédit d'Orson Welles « The other side of the wind » repêché par Netflix est donc un cadeau bonus d'un des plus grands, -du plus grand ?- musicien français, le « Mozart du XXème » dit Nathalie Dessay. Et Boulez ? Sur la musique contemporaine, le compositeur a un point de vue que l'on adore partager : « Après le dodécaphonisme, la musique sérielle etc, peut-on citer un compositeur de musique contemporaine qui ait signé un thème, une mélodie que les gens écoutent ? Non. » fait-il mine de s'interroger dans Le Figaro. Nadia Boulanger qui lui enseigna la composition et l'orchestration forma aussi Gershwin, Barenboim, Gardiner, Cosma, excusez du peu. De lui, on se souvient de tout. Les moulins de son coeur tournent en boucle dans les têtes depuis « L'affaire Thomas Crown » en 1967, musique qui lui vaudra le premier de ses trois Oscars. Le réalisateur s'était incliné devant son talent: « La scène des échecs dure finalement six minutes parce que mon thème faisait six minutes ». La classe.

Legrand, ancien arrangeur d'Henri Salvador- « Rock'n'roll'mops », chouchou des Trois Baudets de Jacques Canetti, était alors déjà auréolé des succès des « Parapluies de Cherbourg », des « Demoiselles de Rochefort ».

Des comédies musicales en France, ça ne marcherait jamais lui disait-on. Il raconte au Parisien Week-end : « Jacques (Demy) racontait l'histoire. Je me mettais au piano et je chantais toutes les voix. Personne n'y croyait ». Finalement, il aura souvent été traité de fou. Il l'est de musique. A 86 ans, il travaille encore comme ...un fou. Feuilleter sa production c'est fredonner le siècle. Un été 42. Peau d'Ane. Yentl. Allez Michel encore une !

Lire aussi: Et maintenant « Plus belle la revue »

Source: lesechos.fr

Partager sur les réseaux sociaux:

Commentaires - 0