Recevez les dernières nouvelles mises à jour continuellement sur les sujets les plus suivis avec NewsHub. Installez-le maintenant.

EN VUE Alexis Michalik Ave Cesars ?

8 janvier 2019 15:42
229 0

L'auteur et metteur en scène d'« Edmond » est un prodige des planches françaises. Cocorico aurait lancé le Chantecler de son cher Edmond Rostand ! Aujourd'hui, « Edmond », le récit de la fabrique de « Cyrano », autre blockbuster, arrive au cinéma.

C'est un pic, c'est un cap, c'est un très grand auteur. L'actualité donne envie de se pendre. La suffisante bêtise règne sur les plateaux TV, sur les ronds-points, on n'en peut plus. Vive alors le théâtre, la finesse, la gaieté d'Alexis Michalik. L'auteur d'Edmond dégaine les succès comme Cyrano sa rapière. Vite et bien. Il a 36 ans, en avait 29 lorsqu'il donna ses premiers textes, le même que celui d'Edmond Rostand lorsque l'auteur marseillais écrivit « Cyrano ». A Rostand on avait prédit un four. Cent vingt ans plus tard, « Cyrano » reste, à ce jour, la pièce préférée des Français. Financée par des proxénètes corses, elle se révélera très bonne gagneuse. Les Français adorent le personnage de Cyrano. Flamboyant, romantique, ce bretteur-là ne frappe pas les hommes à terre. Avec « Edmond », l'histoire de la création laborieuse de Cyrano, Michalik a raflé à peu près tous les Molière de l'année 2017 pour sa pièce. Ce jour-là croulant sous les récompenses il n'a quasi-pas quitté la scène, « Edmond » non plus. La pièce a été jouée dans toute la francophonie. Elle n'est pas un accident dans la jeune carrière de Michalik, « Intra Muros » est un bijou. « Le porteur d'Histoire » et « Le cercle des Illusionnistes » tournent encore. Jamais de cuistrerie, Alexis affiche sa « haine de l'ennui ». A la fin de l'envoi il touche (pourquoi s'épargnerait-on ce plaisir de citation ?). Au cours du XXème siècle, « Cyrano » a dépassé les 200.000 représentations. « Edmond » a déjà rassemblé plus de 500.000 spectateurs, une prouesse au théâtre. Cette semaine il arrive au cinéma, les critiques ont adoré. Ave Cesars ?

Source: lesechos.fr

Partager sur les réseaux sociaux:

Commentaires - 0