Recevez les dernières nouvelles mises à jour continuellement sur les sujets les plus suivis avec NewsHub. Installez-le maintenant.

Le prof vendait les épreuves à 200 000 la matière

12 juillet 2017 11:41
18 16
Le prof vendait les épreuves à 200 000 la matière

Au total, 28 personnes ont été arrêtées dans le cadre de l’enquête sur les fuites au bac. Parmi elles, un professeur du lycée Yalla Suur-en, interpellé lundi dernier. Ce dernier est accusé par plusieurs élèves de leur avoir vendu les épreuves à 200 mille francs par matière.

Seize des 28 mis en cause ont été déférés au parquet. Ils ont bénéficié d’un deuxième retour de parquet hier, mardi 11 juillet.

L’enquête sur les fuites au bac est menée conjointement par la Dic et la Section de recherches de la gendarmerie. Elle a permis l’arrestation d’une trentaine de personnes dont une majorité d’élèves, un professeur, un président de jury et des agents de l’Office du bac.

L'affaire a débuté avec les anticipées de philosophie. Elles concernent, officiellement, les épreuves de français et d'histo-géo, qui ont été reprises lundi dernier.

Celle de mathématiques serait également touchée. Mais le directeur de l'Office du bac, Babou Diakham, avait démenti cette information.

Source: seneweb.com

Partager sur les réseaux sociaux:

Commentaires - 16
0 Visas étudiant

12 juillet 2017 12:07

les ambassades du canada et de france vont se faire un max de blé avec zéro visas delibré le bac a été vendu au,plus,offrant depuis toujours la seule différence c'est l'existence des réseaux sociaux

Zal

12 juillet 2017 12:06

en tout cas g constaté que les bacheliers venant des ecoles privées laic sont tres nuls et ils arretent leurs etudes en premier année ucad oubien ils font du taf taf dans les ecoles de formation ils ne sont jamais recus dans les concours d'états c'est toujours les bacheliers des lycées qui sont admis dans les concours c'est mon constat a moi

Al Moctar Très Fâché

12 juillet 2017 12:03

La cupidité est plus qu'un vice c'est le mal absolu, qu'on arrête de nous chanter les "vertus" ou "valeurs" traditionnelles des Sénégalais tout cela n'est que du vernis, du tape à l’œil, du bric à broc......

Thiey

12 juillet 2017 12:03

c'est ça oui n'importe quoi j'ai passé mon bac a ziguinchor dans un privée catholique et tu pense que on nous avait donné les épreuves. on en a bien chier cravacher dure tous les soirs jusqu'a 2h ou 3h du mat aux maths pc svt. le lendemain à 7h30 tu étais en classe pour les cours on a tenu travailler et on a obtenu le bac. c'est la culture du taf. apres une année bien comblé il faut retourner au village pour aller aider les parents dans les champs. c'est c'est encré dans les genets depuis le bas âge. de toute façon les parents avaient les moyens de débourser 200k pour une épreuve.

Agnès Jatta

12 juillet 2017 12:02

Il faut revenir aux fondamentaux qui avaient été pensés du temps de Sedar le Opold Senghor Si notre Bac , pas de valeur intrinséque ni nos bacheliers exportables à quoi bon dépenser des milliards pour organise0 cet examen . Senghor connaissait bien nos défauts de Sénégaliens

Njaxum

12 juillet 2017 11:59

VOILA LE VRAI AXE DU MAL !!! DES ENSEIGNANTS PRÉCARISES QUI FONT LA NAVETTE ENTRE LE PUBLIC QUI LEUR DEMANDE DES PROPOSITIONS D’ÉPREUVES ET LE PRIVE OU LEUR EMPLOYEUR DÉCLARANT RESPONSABLE CHERCHE TOUJOURS A RÉALISER D'EXCELLENTS TAUX DE RÉUSSITE ???

Al Moctar

12 juillet 2017 11:56

oui ! il faut interroger notre rapport à l 'argent :. sommes nous pas tous quelque part des corrupteurs et des corrompus? l’avidité, la convoitise des sénégalais est sans commune mesure avec leurs possibilités.....nous sommes dans une société et une culture de l'avoir et du paraître, "du m'as-tu vu" et cela ne rime pas avec vertu. e n fait " les nègres ne comprennent que deux signes: le pouvoir et l'argent. si tu as le pouvoir tu peux les mater, les dresser et les gouverner sans grandes difficultés, si tu as l'argent tu peux les corrompre et les museler". ce sont là des propos qui révèlent notre vraie nature. le toubab malheureusement l'a compris bien avant nous.

Bravo

12 juillet 2017 11:56

actuellement , dans ce monde, on éduque plus mais on enseigne . quand on éduque , on informe pour transformer dans le bon sens , mais quand on enseigne , on informe pour transformer dans le mauvais sens. on ne doit pas s' arrêter sur le bac de cette année .les recherches de la dic doivent se poursuivre durant les cinq dernières années. .bravo la dic et bonne continuation.

1er Fan´s Dic

12 juillet 2017 11:55

theuy legui carte gui leer deh. Wa DIC rek thi def ay enquete!!! khana loulene inetessewoul? mais sou thiakhane diekhé deug dess. Ken dou reuth. Kharal sakh ma nopi bala gnoumay fek fi ma nek. Man talouma kouma deferé dama yor ak ndiabot gou sew. gnou yendo ak diamm !!!! wassalam!!!!!

Féké Lou Beuri

12 juillet 2017 11:55

Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux. Cela a toujours été ainsi à Yalla Suur-en. Depuis plus de 20 ans, cette école a toujours fonctionné comme ça. Tout le monde était au courant mais on fermait les yeux.

Citoyen

12 juillet 2017 11:55

Le Bac est un diplôme de l'Enseignement Supérieur, le premier. Il doit par conséquent être organisé par l'Université, avec des enseignants de l'Université à la tête des jurys. Ils sont les représentants du Recteur là où ils siègent, et doivent jouer un rôle pédagogique et docimologique. Il y a plusieurs années de cela, ne représentaient le Recteur que des enseignants du supérieurs titulaires, ayant un capital expérience avéré (au moins assistants titulaires depuis plus de 5ans), et surtout ayant une certaine probité intellectuelle et morale. Hélas, il y a une rupture amorcée dans les années 90, et qui s'est accélérée par la suite. Avec la modicité des primes (60000 pour les présidents à l'époque), le retard dans leur paiement, et surtout les nombreuses difficultés rencontrées dans l'organisation de l'examen, beaucoup d'enseignants de l'université se sont retirés, laissant la place à d'autres dont des professeurs du secondaire dont certains ont des profils qui laissent à désirer. Aujourd'hui que la prime de baccalauréat est revalorisée, elle est même parait-il substantielle, du correcteur au président, c'est la bousculade. Tout le monde veut aller au Bac. D'autant plus que pour faire face aux menaces de boycott du SAES, le MES et le Directeur de l'Office du Bac ont cette année fait appel aux professeurs du secondaire. Je n'ai rien contre, s'il s'agit de professeurs expérimentés, et présentant une certaine rigueur morale, même si celle ci est difficile à évaluer. Avec ce qui vient de se passer, alea jacta. Il faut réagir. Pour limiter la casse après la déconvenue, il faudra remettre le BAC à l'Université. Il faut bien entendu tenir compte du contexte actuel. Le Recteur de l'UCAD ne peut plus à lui seul signer plus de 100000 dossiers. Il a déjà une population de plus de cent mille individus à gérer. Il faut que chaque Recteur d'Académie soit organisateur, sous la supervision de la Direction de l'Enseignement supérieur, ou d'un Chancelier des Universités à créer éventuellement. Il faut aussi mieux exploiter les rapports déposés par les Présidents de jurys, qui sont très riches en enseignements. S'ils sont bien faits, ils signalent tous les dysfonctionnements. Il faut enfin savoir sanctionner tous les fautifs, quels qu'ils soient, et motiver ceux qui travaillent. Mon expérience m'a montré qu' Il y a de plus en plus trop d'intrus dans l'environnement des examens et concours au Sénégal. Ils sont aussi nocifs qui les courtiers qui hantent les couloirs des administrations pour l'état civil, le permis de conduire, et j'en passe. Dans la situation actuelle, sachons raison garder. Qu'on prenne le temps d'analyser la situation, de bien situer les responsabilités, et d'essayer de trouver une solution qui remette tous les acteurs du système : administratifs, enseignants, élèves et parents d'élèves en confiance

Hey My Boy

12 juillet 2017 11:50

Le whatssap ne nous appartient pas , le facebook non plus donc faisons en juste le necessaire et avec bcp d´attention. Nous ne sommes que des consommateurs. koufi def lo khamoul thi internet bi diapalni biss dina gnewe nga am gathié.

Lebaolbaol Tigui

12 juillet 2017 11:46

ces gens ne meritent pas de respect il faut citer leurs noms et prenoms...et leurs photos.. un malfaiteur on ne le cache pas.....ils ont sacrifiè de miliers de jeunes gens..

Anonyme

12 juillet 2017 11:42

Au Sénégal, TOUT SE VEND, sans exception aucune

Nonono

12 juillet 2017 11:42

cela metonnerait vraiment quil ait des 100% admis dans des ecoles sauf en cas de deces ou de maladies graves.

0 Fans

12 juillet 2017 11:41

tu as bien vu mon cher !