Recevez les dernières nouvelles mises à jour continuellement sur les sujets les plus suivis avec NewsHub. Installez-le maintenant.

Pierre Berville, sans langue de bois

6 janvier 2019 07:47
144 0

L'auteur de la campagne Myriam « J'enlève le haut » publie un ouvrage autobiographique, récit des dessous glamour et sulfureux de l'âge d'or de la publicité.

Il a travaillé sur les campagnes Vittel, Eram, EDF, Française des Jeux, Lee Cooper... Mais pour tous les professionnels de la publicité, Pierre Berville, qui publie « J'enlève le haut : les dessous de la pub à l'âge d'or »* , est d'abord l'auteur de l'un des plus fameux « teasing » de la publicité française signé par l'agence CLM/BBDO. Pendant toute une semaine, fin août 1981, ce concepteur-rédacteur travaillant de concert avec le directeur artistique Joël Le Berre, a mis la France en émoi avec Myriam . En maillot de bain vert à pompons sur une plage, les poings sur les hanches, dos à la mer, la naïade promettait « Le 2 septembre, j'enlève le haut » puis « Le 4 septembre, j'enlève le bas. » Une troisième et dernière affiche concluait : « Avenir, l'afficheur qui tient ses promesses », les afficheurs de l'époque n'étant pas réputés pour leur fiabilité. La France mettra du temps à s'en remettre.

Quant à son insolence, elle n'a pas décampé, en dépit des temps pourtant plus frileux. Et fait plus rare, la lucidité et un certain cynisme réjouissant n'ont pas déserté, comme le prouve la première phrase du livre : « L'âge d'or a commencé dans les 70's. A la fin du 20e siècle, c'était plié. Je sais, j'y étais. J'en ai vu les débuts, et la fin aussi. » A l'arrivée, un bouquin truffé d'anecdotes, bien dans l'air des eighties, qui se lit d'une traite. Aussi bien pour ses portraits vachards et bien troussés... Que pour y découvrir le détail des dessous pas si chics des négociations d'achats d'espaces publicitaires entre Agences, Médias et Annonceurs. Revue de détails et extraits choisis.

* Extraits de « J'enlève le haut. Les dessous de la pub à l'âge d'or. Récit ». Editions Aquilon et diffusé sur Amazon. Pierre Berville (24,90 euros), 422 pages.

Source: lesechos.fr

Partager sur les réseaux sociaux:

Commentaires - 0