Recevez les dernières nouvelles mises à jour continuellement sur les sujets les plus suivis avec NewsHub. Installez-le maintenant.

Le muscadet mise sur l'éclectisme musical nantais

14 juin 2018 13:26
18 0

De La Folle Journée au Hellfest, le vin blanc nantais tente de rayonner en s'associant à tous les grands événements nantais de portée nationale ou internationale.

Référence dans les musiques métal et punk, le Hellfest est incontournable, ce festival se tenant en plein coeur du vignoble, à Clisson. A chaque édition, le bar scénographié, tenu par des vignerons volontaires, écoule 15.000 litres de vin dont 10.000 de muscadet. C'est peu face aux 350.000 litres éclusés par les amateurs de bière, ce breuvage arrivant par camion-citerne et pipeline. « Mais le public est international et doté d'un bon pouvoir d'achat », remarque François Robin. Le fruit de la vente revient à l'organisation du festival. C'est donc en nature que la filière s'engage, son budget de communication global étant limité à un petit demi-million d'euros.

Le muscadet se marie également avec l'ambiance plus feutrée de La Folle Journée de Nantes et ce depuis l'origine de ce festival populaire de musique classique. Chaque année, une cuvée Folle Journée est sélectionnée pour représenter le vignoble, ce qui, pour le vigneron élu, équivaut à un prix. De 500 à 1.000 litres sont ainsi offerts à l'organisation, mais le producteur élu peut également commercialiser sa cuvée aux restaurants qui profitent de l'événement.

Dans le même esprit, le muscadet est aussi le partenaire des Rendez-vous de l'Erdre, festival gratuit rassemblant 150.000 personnes par an chaque automne, ce qui en fait l'un des événements jazz les plus importants de France. Le muscadet y affirme sa présence via un Muscadet Truck que la fédération s'est récemment offert. Et pour parfaire cet éclectisme musical, les vins de Nantes animent aussi, à l'année, un bar au sein du Zénith de Nantes. La démarche relève davantage de l'ambassade que du grand volume puisque, sur chacune des 40 dates de concert, il se vend l'équivalent d'un hectolitre. « L'intérêt est la diversité des publics », mentionne François Robin, sachant que les amateurs de pop rock sont aussi les plus fervents buveurs du vin blanc nantais.

Source: lesechos.fr

Partager sur les réseaux sociaux:

Commentaires - 0