Recevez les dernières nouvelles mises à jour continuellement sur les sujets les plus suivis avec NewsHub. Installez-le maintenant.

La ministre de la Culture veut davantage taxer les chaînes de sport

12 juin 2018 17:29
22 0

Taxer les chaînes dédiées au ballon rond au profit du 7ème Art. Le gouvernement planche sur la question depuis quelques jours. Alors que Canal + a perdu, au profit de Mediapro, les droits de la Ligue 1 , provoquant l'inquiétude de professionnels du cinéma, la ministre de la Culture réfléchit à faire contribuer les chaînes de sport à la création.

« La situation de la chaîne Médiapro, qui a acheté pour une somme très élevée les droits de la Ligue 1, doit nous conduire à nous interroger sur la contribution de ce type d'acteurs au financement de la création, en particulier par le biais de la fiscalité affectée au CNC (Centre national du cinéma et de l'image animée). Ce chantier doit en tout cas être mené sans tabou », a ainsi annoncé Françoise Nyssen à l'occasion de l'Assemblée des médias, un colloque qui s'est tenu lundi soir à Paris.

La ministre de la Culture travaille sur les possibilités de taxation supplémentaire. Aujourd'hui, les chaînes de télévision sont assujetties à différentes taxes récoltées pour le CNC, mais celles sur le sport n'ont pas de taxe spécifique, contrairement à celles qui diffusent du cinéma et des séries.

Une piste serait donc d'augmenter la taxation des chaînes de sport - notamment de la future chaîne que Mediapro veut créer - pour réduire l'écart avec celles qui diffusent des programmes de fiction. Une autre serait de créer une taxe spécifique.

Toutefois, à ce stade, rien n'est arrêté, rappelle une source proche du dossier. L'objectif du gouvernement est d'avancer sur ce dossier avant la fin de l'année.

La filière du cinéma s'était largement inquiétée des conséquences de la perte de la Ligue 1 par Canal+, alors que la chaîne est de loin la première qui finance le 7ème art en France. La convention de Canal+ avec le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) prévoit un montant d'investissement indexé sur ses revenus. Or, si ses recettes baissent alors que les abonnés partent, c'est toute la filière qui risque de souffrir.

Source: lesechos.fr

Partager sur les réseaux sociaux:

Commentaires - 0