Sigfox veut rassurer sur sa croissance

14 février 2018 14:12

55 0

Avec son réseau bas débit pour objets connectés, le Français couvre 45 pays mais n'a enregistré que 50 millions d'euros de recettes en 2017.

Pour faire taire les critiques, Ludovic Le Moan a décidé de donner des chiffres sur son activité. Hélas, pour le cofondateur de Sigfox, le premier d'entre eux - le chiffre d'affaires de la société - n'est pas aussi reluisant qu'escompté. Alors que le directeur général expliquait aux « Echos » mi-décembre que ses revenus doubleraient en 2017 pour atteindre 60 millions d'euros, les comptes ne font finalement état que de 50 millions d'euros sur l'année.

« Plusieurs contrats que nous avions signés pour déployer le réseau Sigfox dans de nouveaux pays devaient recevoir une autorisation réglementaire qui a pris plus de temps que prévu », se défend le patron. Résultat, le groupe ne pouvait comptabiliser que 40 pays en fin d'année fiscale, contre 45 pays fin février 2018. Ce raté doit donc être relativisé, d'autant que la progression reste notable : le groupe avait réalisé 32 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016, 12 millions en 2015.

L'incident est cependant révélateur de l'importance actuelle pour Sigfox des revenus tirés de l'ouverture de nouveaux pays. A cette occasion, le Français perçoit en effet d'importants droits liés à l'exclusivité accordée à l'opérateur sélectionné, ainsi que les revenus de la vente des quelques milliers d'antennes à déployer.

« Il faut que les revenus de la connectivité prennent le relais », reconnaît Ludovic Le Moan. En clair, que les abonnements récurrents payés par des industriels pour connecter des objets au réseau remplacent les paiements ponctuels des nouveaux réseaux partenaires. Le patron de Sigfox espère que cette bascule aura lieu en 2020.

Il a du chemin à parcourir. Actuellement, 2,5 millions d'objets « seulement » sont connectés au réseau Sigfox (+65 % sur l'année), pour un revenu moyen annuel de trois euros par objet. Le Toulousain assure qu'avec la poursuite de la baisse du coût de ses composants électroniques (1,20 dollar aujourd'hui, contre 2 dollars il y a un an et 12 dollars à ses débuts en 2013) d'un côté, et les premiers projets d'envergure de l'autre, son affaire est très bien engagée. Il table sur 6 millions d'objets dès la fin de l'année.

Pour 2018, Sigfox réitère donc son objectif de rentabilité au 4e trimestre, avec 60 pays ouverts. Et sur le chiffre d'affaires, « on va essayer de doubler », lance Ludovic Le Moan, qui préfère toutefois s'engager sur 75 millions d'euros. On n'est jamais trop prudent.

Source: lesechos.fr

Pour la page de catégorie

Loading...