Au Royaume-Uni,la moitié de la publicité a basculé sur le Web

1 décembre 2014 16:05

20 0

La Grande-Bretagne est le premier pays où plus de 50 % du marché publicitaire est passé sur Internet.

L’essor de la publicité sur le Web se confirme, et certains pays sont très en avance. Au Royaume-Uni, plus de la moitié des dépenses publicitaires (51,3 %) seront réalisées sur Internet l’an prochain, prévoit Group M, la filiale d’achat d’espaces de WPP, numéro un mondial de la publicité. « C’est la première fois que ce seuil est franchi dans un grand pays occidental », souligne Adam Smith, qui a coordonné cette étude chez Group M.

Le marché publicitaire en ligne dépassera les 8 milliards de livres (10 milliards d’euros) en 2015, Outre-Manche, en hausse de 13 %. Youtube, Facebook et Twitter tirent la croissance. Et plus de la moitié du chiffre d’affaires publicitaire sur Internet concerne les moteurs de recherche, Google en tête.

Le Royaume-Uni se situe loin devant les quatre autres grands pays d’Europe de l’Ouest, où la proportion du numérique sur le marché publicitaire est encore inférieure à 30 %, et devant les Etats-Unis (voir graphique). Plus étonnant, la Grande-Bretagne dépasse aussi les pays scandinaves, pourtant précurseurs sur les usages d’Internet. « L’avance du Royaume-Uni dans ce domaine n’est pas nouvelle, elle ne fait que se confirmer », explique Adam Smith. L’une des explications, c’est le succès du commerce électronique outre-Manche. « Les Britanniques sont l’un des peuples les plus enthousiastes pour le shopping en ligne », poursuit-il.

Hier, premier lundi du mois de décembre, les distributeurs ont même organisé un « Cyber Monday », réplique numérique du « Black Friday », qui s’est tenu vendredi dernier dans les magasins. En 24 heures, pas moins de 25 millions de Britanniques auront fait des achats en ligne, selon les estimations de l’IMRG, afin de profiter des promotions à trois semaines de Noël. Ils auront dépensé collectivement près de 570.000 euros chaque minute.

Plus du tiers des achats en ligne au Royaume-Uni (37 %) sont désormais réalisés depuis des smartphones ou des tablettes, ce qui tire la publicité sur ces supports. Autre moteur de la pub en ligne, la puissance et la diversité de la presse britannique. « Le trafic Internet, et donc la publicité, sont intimement liés au succès de la presse en ligne », décrypte Adam Smith.

Comme dans la plupart des pays occidentaux, la publicité sur la presse papier est en chute libre : le recul atteindra 8 % l’an prochain pour les quotidiens nationaux, prévoit Group M. La publicité à la télévision, en revanche, se maintient. Elle devrait encore augmenter de 3 % en 2015, à 4 milliards de livres. « Ceux qui prédisent la mort programmée de la publicité à la télévision se trompent », juge Adam Smith. Le marché publicitaire dans son ensemble devrait grossir de près de 6 % l’an prochain, à 15,7 milliards de livres (près de 20 milliards d’euros), selon la filiale de WPP. Malgré la vigueur de la croissance économique depuis deux ans, le marché britannique n’a pas encore retrouvé son niveau de 2007, à la veille de la crise financière.

Source: lesechos.fr

Pour la page de catégorie

Loading...