La PME à suivre : IKO détecte les signaux faibles de l’économie

11 décembre 2014 08:31

7 0

La PME à suivre : IKO détecte les signaux faibles de l’économie

Doper les forces commerciales. Beaucoup en rêvent, IKO System le fait. A la tête d’une entreprise spécialiste de la lutte contre la cybercriminalité Marc Rouvier mesure la difficulté de la prospection commerciale et se dit qu’on doit pouvoir mettre au point un système pour mieux cibler ses prospects. Il se lance dans l’aventure fin 2010avec Nicolas Woirhaye en fondant IKO Systems. Leur idée est simple : brasser des monceaux de données et d’informations publiques pour identifier et analyser les signaux qui pourraient permettre de déceler très en amont les intentions d’achat des sociétés. Les 15 salariés de l’entreprise de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) peaufinent leurs algorithmes, nourrissent leurs recherches de ce qui se fait de mieux en matière d’analyse prédictive des données. Encore peu connue des non spécialistes, cette discipline, contrairement aux statistiques qui reposent sur l’étude de ce qui s’est passé pour en tirer des conclusions pour l’avenir, permet de déceler les signes avant-coureurs d’une évolution.

Résultat, un logiciel vendu en ligne sur abonnement (Saas), paramétrable par toute entreprise et qui lui permet de « décrocher huit rendez-vous pour cent contacts au lieu d’un seul avec les méthodes traditionelles », affirme Marc Rouvier. IKO System revendique 150 clients comme Oracle, HP, SAP, Talend, Neolane ou l’activité entreprise de La Poste. « Nous doublons encore tous les ans », s’enthousiasme Marc Rouvier qui ne communique pas son chiffre d’affaires jugeant qu’il n’en est déjà plus à son premier million. Surtout que le modèle Saas lui assure des rentrées régulières pour financer sa croissance, et perfectionner son outil. Un gros client américain l’utilise déjà dans dans 14 pays européens, ce qui va permettre à IKO System d’asseoir son développement en Europe de l’Ouest. « Nous avons les moyens de devenir en trois ans la solution de référence en Europe », affirme le dirigeant. Les effectifs vont croître avec l’activité, « donc au minimum doubler l’an prochain », ajoute-t-il en précisant qu’il recherche surtout de spécialistes multilingues car, premier utilisateur de son programme, il prospecte à l’étranger pour son compte depuis Paris.

Source: lesechos.fr

Pour la page de catégorie

Loading...