L’Opic veut encourager les investisseurs américains à accompagner le Sénégal

4 décembre 2013 12:48

21 0

La Société de promotion des investissements du secteur privé à l’étranger (Opic), une institution de financement de développement du gouvernement des Etats-Unis, s’est engagée à encourager les investisseurs américains à s’intéresser au Sénégal.

Elizabeth Littlefield, président-directrice générale de la Société de promotion des investissements du secteur privé à l’étranger (Opic) du gouvernement des Etats-Unis, a fait part, hier, de l’engagement de son institution à encourager les investisseurs américains à s’intéresser au Sénégal. Elle s’exprimait à l’occasion du traditionnel petit déjeuner thématique mensuel de la Chambre de commerce américaine au Sénégal (AmCham). « A la suite de la visite de Barack Obama au Sénégal, il m’a demandé de venir voir ce que je pourrai faire en vue d’encourager les investisseurs des Etats-Unis vers le Sénégal. Aussi, nous avons échangé avec le président Macky Sall sur l’importance de ce partenariat lors de son séjour aux Etats-Unis », a-t-elle indiqué. Il s’agit, à travers cette initiative, d’aider le Sénégal à renforcer son économie, à propulser une croissance économique durable et à créer des emplois. Selon elle, l’objet de son déplacement à Dakar est d’encourager et de souligner les opportunités qui sont sur place en vue d’attirer les investisseurs dans les secteurs ciblés par le président de la République. Mme Littlefield a magnifié les efforts du gouvernement pour rendre le climat d’investissement beaucoup plus performant. « Il faut reconnaître qu’il y a un grand dynamisme. Depuis trois ou quatre ans, beaucoup de choses ont changé. Nombreux sont ceux qui sont revenus pour investir dans leur pays, ce dynamisme m’a beaucoup encouragé. Toutefois, il reste du travail à faire vu la concurrence des autres pays qui veulent aussi faire des progrès pour attirer les investisseurs », a-t-elle laissé entendre.

Ayant pour principale mission d’encourager les investissements internationaux vers les pays en voie de développement en ciblant des secteurs tels que l’énergie, l’agriculture et les infrastructures, l’Opic reste aujourd’hui très intéressée par l’Afrique qui est devenue une priorité pour cette institution. C’est dans cette optique, a rappelé la directrice générale, que les investissements dans ce continent sont passés, l’année dernière, de 5 à 25 % du portefeuille. « Nous avons un portefeuille d’à peu près quatre milliards de dollars de financement dans le continent, ce qui fait de notre institution l’une des plus grandes sociétés de financement en Afrique », a-t-elle soutenu.

L’Opic fournit des investissements à long terme, des garanties ainsi que l’assurance contre les risques politiques pour que les investisseurs soient à l’aise. D’où la nécessité d’une bonne connaissance de l’environnement dans lequel l’investisseur envisage d’investir. La cérémonie qui a eu pour thème : « Investir dans l’avenir de l’Afrique », a été rehaussée par la présence de Lewis Lukens, ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal.

Selon le président de la Chambre de commerce américaine au Sénégal (AmCham), Makha Racine Sy, l’Afrique est actuellement à la mode. C’est pourquoi, les entrepreneurs sénégalais doivent saisir cette occasion. « Ce qui est ressorti de cette journée, c’est que l’Opic a une bonne image du Sénégal malgré notre classement au « Doing business » qui était un peu faible. Globalement, le constat est qu’il y a une amélioration notable. Depuis 2012, il y a eu un renforcement de la lutte contre la corruption, point sur lequel les investisseurs sont très sensibles », a-t-il expliqué. A l’en croire, aujourd’hui des centaines de millions de dollars de financement qui sont disponibles pour les entrepreneurs sénégalais qui sont prêts à travailler de manière directe ou indirecte avec les investisseurs américains. Ces derniers, a-t-il souligné, sont prêts à appuyer sur des projets de la taille de deux à trois millions de dollars avec des taux d’intérêt très intéressants.

Le directeur général de l’Agence nationale chargée de la promotion de l'investissement et des grands travaux (Apix), Mountaga Sy, qui a pris par à la cérémonie, a souligné la nécessité, pour le Sénégal, de travailler à l’amélioration de l’environnement des affaires et de la compétitivité, eu égard à sa notation dans le dernier classement du rapport « Doing business ». Selon M. Sy, cette dernière notation n’a pas mesuré l’impact des mesures qui ont été prises par le gouvernement du Sénégal. C’est pourquoi, a-t-il ajouté, instruction a été donnée, par le président de la République, pour la mise en place d’un plan d’action d’urgence, lequel commencera à avoir des impacts en début 2014. « C’est notre programme prioritaire, et nous pensons que notre copie sera claire », a-t-il soutenu.

Source: lesoleil.sn

Pour la page de catégorie

Loading...