Instagram a-t-il réellement dépassé Twitter ?

11 décembre 2014 12:49

2 0

L'application de partage de photos et de vidéos revendique 300 millions d'utilisateurs contre 284 millions pour Twitter.

Au coude-à-coude au niveau de leur nombre d'utilisateurs depuis quelques mois, Instagram vient de prendre l'avantage sur Twitter. Mercredi, l'application de partage de photos et de vidéos a annoncé qu'elle avait franchi la barre des 300 millions d’utilisateurs actifs par mois . Soit 16 millions de plus que le réseau social dirigé par Dick Costolo qui en revendiquait 284 millions à fin septembre, date du dernier pointage.

Et vue la croissance de leurs parcs d'utilisateurs respectifs, la tendance risque de ne pas s'inverser dans les prochains mois. Fin mars, Instagram comptait 200 millions d'utilisateurs et a donc vu leur nombre augmenter de 50% en moins de neuf mois, profitant aussi de la puissance de feu et des synergies dégagées avec sa maison-mère Facebook (1,3 milliard d’utilisateurs actifs par mois). De son côté, Twitter peine davantage à développer son parc d'utilisateurs qui s'est étoffé de 44 millions de personnes entre mars et septembre, soit une hausse de moins de 20% en six mois. Mais peut-on réellement affirmer qu'Instagram a dépassé Twitter ?

Très suivi par les analystes et les investisseurs, l'indicateur du nombre d'utilisateurs mensuels actifs n'est pas la seule variable qui importe. "C'est un bon repère qui permet de mesurer le taux de couverture du marché. Mais à l'instar du chiffre d'affaires de sociétés de secteurs différents, cet indicateur n'est pas suffisant pour affirmer que l'un est plus fort que l'autre", explique Jérôme Colin, spécialiste des questions télécoms, média et Internet au sein du cabinet de conseil Roland Berger.

Le taux d'engagement est également à regarder de très près. Et il n'est pas en faveur de Twitter. "Seuls 10% des utilisateurs français de Twitter ont tweeté le mois dernier, alors que 70% d'entre eux ont posté une photo ou une vidéo sur Instagram chaque jour", expose Yann Kretz, directeur du département stratégie et spécialiste du digital au sein du cabinet de conseil PwC.

Mais si les deux plates-formes sont désignées comme des réseaux sociaux, leurs services n'en sont pas moins différents. Car Twitter est tout autant un média social. « Instagram permet essentiellement de partager des photos et des vidéos (...) Twitter sert davantage à suivre et à diffuser l’information en temps réel », soulignait, en mars dernier, Deborah Aho-Williamson , analyste chez eMarketer.

Résultat, de nombreuses personnes ne font que consulter Twitter sans y être inscrit. Le 12 novembre, Dick Costolo a déclaré que 500 millions de personnes consultaient Twitter tous les mois sans s'être identifié, comme le rapporte l'agence Bloomberg . Une réponse à une étude de Twopcharts , publiée en avril dernier et révélant notamment qu'à l'époque, 428 millions de personnes s'étaient créés un compte mais n'avaient jamais tweeté.

"La puissance de Twitter va bien au-delà des 284 millions d’utilisateurs actifs de la plate-forme : on peut voir des tweets sur le Net sans être connecté, en étant sur un autre site ; on peut voir des tweets à la télévision…", affirmait il y a quelques semaines aux Echos , Adam Bain, président chargé des revenus internationaux de Twitter. Jusqu’ici, les stratégies des deux services a donc été radicalement différente : Twitter est dans une logique d’audience et veut élargir au maximum la visibilité de ses contenus, en passant par des partenariats (émissions de télévision, API...) quand Instagram mise sur le partage, la quantité d’images partagées venant alimenter ses bases de données.

Autre point important : la production quotidienne de contenus, qui renseigne sur l'assiduité avec laquelle les utilisateurs réguliers d'un réseau social se servent de ce dernier. A ce jour, Twitter revendique 500 millions de tweets par jour, contre 70 millions de photos et vidéos sur Instagram. Avancer de manière définitive qu'Instagram a dépassé Twitter parait donc excessif pour le moment.

D'autant que l'un et l'autre ne sont pas positionnés exactement sur le même segment de marché. Twitter est d'ordre public tandis qu'Instagram est davantage positionné comme un réseau social privé. Ils n’attirent donc pas le même public - et si c'est le cas, l'usage étant différent sur chacune des deux plates-formes, l'utilisation de l'une ne se fait pas au détriment de l'autre - et en corollaire, elles n’attirent pas forcément les mêmes annonceurs, la publicité étant leur principale source de revenus.

Tout deux sont donc plus complémentaires qu'en concurrence frontale, ce qui explique notamment pourquoi Twitter avait essayé de racheter Instagram en 2012, avant que celui-ci ne tombe finalement dans l'escarcelle de Facebook . "Instagram n'est pas l'ennemi de Twitter. Un réseau social comme LinkedIn, très axé sur la sphère professionnelle et qui possède la même notion de flux et d'instantanéité est davantage une menace", estime Olivier Vialle associé et spécialiste du digital chez PwC.

"On voit tout de même que le jour où on pourra interpréter les images se rapproche (NDLR : Mi-novembre, Google a a annoncé avoir mis un algorithme capable de décrire le contenu d'une image, bien que le résultat ne soit pas encore fiable à 100%). Ce jour-là, Instagram deviendra un outil de ciblage beaucoup plus intéressant pour les annonceurs", fait valoir Jérôme Colin qui précise que " Instagram marchera alors sur les plates-bandes de Twitter dont les contenus des tweets sont aujourd'hui utilisables beaucoup plus aisément par les publicitaires pour identifier les goûts et envie des utilisateurs. Ce jour-là, ces deux réseaux seront véritablement concurrents".

En attendant, au-delà de ses rivaux, le problème de Twitter pour le moment, c'est surtout... Twitter lui-même. Jugé trop complexe par de nombreux internautes , le réseau social travaille depuis plusieurs mois sur des moyens de simplifier l'utilisation de ses services . Le réseau social continue aussi de mettre de plus en plus en avant les vidéos mais aussi les photos. "On estime que la valeur commerciale d'un tweet est située entre 1,5 et 2 dollars toutes les 1.000 "vues". Or, un tweet avec photo est, en moyenne, deux fois plus partagé", rappelle Yann Kretz.

Mettre davantage de visuels au centre de son offre n'est donc pas neutre non plus au niveau financier. Cela pourrait permettre au groupe de développer son chiffre d'affaires, mais aussi de soigner sa rentabilité, lui qui n'a encore jamais dégagé de bénéfice. L'an passé, le tweet le plus partagé au monde a été le selfie de la présentatrice américaine Ellen DeGeneres lors de la cérémonie des Oscars. Même chose en France avec celui de l'humoriste Cyprien. Pour séduire de nouveaux utilisateurs, mais aussi augmenter la portée et l'audience de ses contenus, Twitter semble bien avoir tout intérêt à se donner des airs d'Instagram.

Source: lesechos.fr

Pour la page de catégorie

Loading...