INGA III – Les conditions de l’USAID à la RDC

20 décembre 2013 16:06

10 0

par La Rédaction • 20 décembre 2013 • Business, Développement, Finances • 1 Commentaire • 76

L’Agence américaine pour le développement international (USAID) invite le gouvernement de la RD Congo à « entreprendre un certain nombre de réformes politiques avant de trouver le financement des travaux de construction du barrage d’Inga III », dont le début des travaux est annoncé pour octobre 2015.

« Avant d’envisager quelque soutien que ce soit, le gouvernement congolais doit au préalable exécuter un certain nombre de réformes politiques qui vont permettre aux partenaires privés de trouver une solution aux problèmes financiers pour l’édification de ce barrage», a déclaré son administrateur Rajiv Shah mercredi 18 décembre 2013.

Il a visité lundi le barrage hydroélectrique d’Inga en compagnie du Premier ministre Augustin Matata Ponyo, dans la province du Bas-Congo (sud-ouest de la RDC).

C’est parce que « le coût total de la construction du barrage d’Inga III est de 12 milliards de dollars américains », que l’administrateur de l’USAID a emmené dans sa suite « un grand nombre de partenaires financier ».

« C’est parce qu’il est évident que, dans un tel projet, aucun pays partenaire ne peut (débloquer) un tel montant », a-t-il expliqué à la presse.

Après l’abandon, en février 2012, par BHP Billiton de sa raffinerie d’aluminium, qui devait être le principal client et partenaire financier d’Inga III, le gouvernement congolais a conclu un accord en octobre dernier avec Pretoria pour démarrer ce projet sans cesse reporté.

« Les termes du contrat prévoient l’achat par l’Afrique du Sud de 2 .00 mégawatts (MW), soit plus de la moitié de la capacité totale du projet évalué, à 4.800 MW. Il est l’un des six barrages formant le complexe du Grand Inga. Ce projet comprend la construction du barrage sur la vallée de la Bundi et de la centrale (10 turbines), les frais financiers, et la jonction de la partie en territoire congolais de la ligne à haute tension reliant Inga III à l’Afrique du Sud, via la ville de Kolwezi dans le Katanga », rappelle Radio Okapi.

Le 31 mai 2013, le gouvernement congolais et la Banque africaine au développement (BAD) ont signé deux accords de don de 5,25 millions USD devant financer une partie de la réalisation du projet Inga 3.

Les 5,25 millions USD s’ajoutent aux 15 millions USD ayant permis de mener l’étude de faisabilité du Grand Inga, dont Inga 3 est la première phase.

« Les 5,25 millions de dollars sont déterminants dans le processus de réalisation du projet Inga 3. Seuls les volets institutionnel et technique de ce projet vont bénéficier de ce financement », a précisé la BAD dans un communiqué.

Elle a expliqué que, « sur le plan institutionnel, ce don contribuera au financement d’une structure nationale chargée de la promotion et du développement du potentiel hydroélectrique du site d’Inga ».

« Techniquement, il servira à la mise à la disposition de la RDC des conseillers juridiques et stratégiques qui doivent accompagner le pays dans la sélection du développeur de la première phase du projet Grand Inga » », a-t-elle ajouté.

La Bad a aussi indiqué que « ce financement devrait aider le gouvernement de la RDC à développer le potentiel hydroélectrique du site Inga – estimé à 440.000 mégawatts – conformément à son plan entamé depuis 2008 ».

La construction d’Inga III se fera par un important consortium réunissant la RD Congo, l’Afrique du Sud, l’Espagne et la Chine, sous l’égide de la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque européenne d’investissement (BEI).

Source: direct.cd

Pour la page de catégorie

Loading...