Gérard Collomb retrouve la mairie de Lyon

5 novembre 2018 08:48

23 0

L'ex-ministre de l'Intérieur a été élu maire ce lundi par 41 voix sur 73. Il perd cependant de nombreux alliés.

Une victoire sans surprise mais avec, en toile de fond, une légère contestation. Après avoir démissionné du poste de ministre de l'Intérieur , Gérard Collomb a retrouvé son siège à la mairie de Lyon qu'il avait quitté en mai 2017 pour devenir numéro deux au sein du gouvernement d'Edouard Philippe.

Redevenu conseiller municipal après avoir quitté la place Beauvau, il a été élu par 41 voix sur 73. Depuis son retrait de la politique nationale, il multipliait les déplacements dans la métropole lyonnaise, entre réunion d'arrondissement et soutien à des rassemblements sportifs.

Si Gérard Collomb a démontré ce lundi qu'il reste bien installé dans son fief, ce scrutin a cependant laissé entrevoir quelques remous qui pourraient prendre de l'ampleur en vue d'une réélection à la mairie de Lyon en 2020. Ainsi, sur 73 conseillers municipaux, 14 n'ont pas pris part au vote. Et parmi les 59 votants, 10 ont déposé un bulletin blanc dans l'urne.

La séance extraordinaire du conseil municipal s'est tenue en l'absence, remarquée, de l'ancien secrétaire d'Etat aux Sports, Thierry Braillard. L'ex-adjoint aux Sports du maire s'étant brouillé avec lui depuis les élections législatives de 2017, pour lesquelles il avait brigué, en vain, l'investiture de La République en Marche. La plupart des élus du groupe d'opposition Les Républicains et apparentés n'ont pas pris part au vote, mais l'ancienne secrétaire d'Etat de Nicolas Sarkozy, Nora Berra, a déposé un bulletin dans l'urne. Les trois élus EELV, soutiens de Gérard Collomb en 2014, n'ont pas voté non plus.

Malgré cela, son unique concurrent, le maire centriste du deuxième arrondissement Denis Broliquier n'a recueilli que 8 voix. Maire de mars 2001 à juillet 2017, il présidait également la métropole de Lyon, aujourd'hui dirigée par David Kimelfeld. Au ministère de l'Intérieur, après de nombreux atermoiements, c'est finalement Christophe Castaner qui a pris sa place.

Source: lesechos.fr

Pour la page de catégorie

Loading...