Le géant russe Yandex se diversifie

10 décembre 2014 14:49

7 0

Le moteur de recherche lance des offres B2B pour mettre en valeur son expertise sur les données. Objectif : se diversifier, sectoriellement et géographiquement.

On peut être la plus grosse société Internet du plus vaste marché européen et être méconnue du grand public français. Yandex, un milliard de dollars de chiffre d’affaires annuel, cotée sur le Nasdaq, reste, il est vrai, focalisé sur son marché domestique, la Russie. Mais les choses pourraient changer.

A l’occasion de la conférence LeWeb organisée à Paris cette semaine, le moteur de recherche a annoncé le lancement d’une nouvelle offre, Yandex Data Factory . L’idée est de s’appuyer sur toutes les données traitées par la société, sur son moteur de recherche, mais aussi sur son offre de cartographie Yandex Maps, similaire à Google Maps, ou sa plate-forme vidéo, pour proposer des services innovants aux entreprises.

« Nous avons tout un savoir-faire que nous utilisions jusqu’ici dans le domaine publicitaire, explique Jane Zavalishina, directrice des projets big data. Nous nous sommes dits ’pourquoi ne pas proposer notre technologie à d’autres secteurs, à des industries conscientes de la révolution des données mais qui ne savent pas comment s’y prendre’. » Le moteur de recherche emploie en effet plus de 6.000 personnes à travers le monde, dont 60 % d’ingénieurs.

Yandex Data Factory a déjà réalisé six projets concrets et en aurait une vingtaine en cours. C’est ainsi qu’elle a fourni des informations sur le trafic routier, les accidents en cours, la météo à une ville russe pour que celle-ci déploie ses équipes d’intervention en temps réel. Elle a également adressé des recommandations personnalisées à une banque pour que celle-ci cible mieux ses offres auprès de ses clients, selon l’historique de leurs données. « Pour l’instant, nos clients sont plutôt en Russie, mais les mathématiques sont universelles, ces offres peuvent être déployées partout dans le monde », ajoute Jane Zavalishina.

Yandex continue ainsi sa politique de diversification, alors que la publicité représente aujourd’hui 98 % de son chiffre d’affaires. Récemment, la société a ainsi lancé un navigateur avec l’objectif de concurrencer les géants Google (Chrome), Microsoft (Internet Explorer) ou encore Apple (Safari). Elle a également racheté plusieurs sociétés russes de e-commerce et créé une unité de vente à distance, Yandex Market. « Nous sommes déjà largement diversifiés puisque nous avons 300.000 clients », nuance pour sa part Jane Zavalishina.

Yandex souhaite aussi diversifier ses marchés. Largement dépendante du contexte russe, elle a souffert récemment de la chute du rouble, de la crise ukrainienne et de la concurrence croissante de Google en Russie, qui séduit les utilisateurs russes via le mobile et son système d’exploitation Android (la part de marché globale de Yandex sur la recherche en Russie a baissé cette année de 62 à 60 % quand celle de Google progressait de 27 à 31 %). Outre l’Ukraine, le Kazakhstan et la Biélorussie, Yandex opère aussi en Turquie, où elle a réussi à prendre rapidement 5 % du marché.

Source: lesechos.fr

Pour la page de catégorie

Loading...