Clap de fin pour Bilbon Sacquet & Friends

9 décembre 2014 23:00

12 0

Clap de fin pour Bilbon Sacquet & Friends

Peter Jackson clôt avec « La Bataille des Cinq Armées » son cycle du Hobbit. Une trilogie de toute beauté qui s'étire un peu mais s'achève en fanfare.

Et voilà, il faudra s'y faire, c'est fini ! L'aventure aura tenu en haleine trois ans durant les fans déjà hameçonnés il y a cinq lustres par « Le Seigneur des Anneaux ». A l'origine, « Bilbo le Hobbit » ou « Histoire d'un aller et retour » était un roman assez court, écrit par le professeur J. R. R. Tolkien pour ses enfants. Puis l'auteur, se prenant au jeu, déploya l'histoire, peaufinant sa mythologie de la Terre du Milieu, multipliant les personnages et inventant une nouvelle langue. Le succès fut planétaire.

« Le Hobbit » est paru en 1937 et « Le Seigneur des anneaux » en 1954-55. La logique eût voulu que Peter Jackson suivît l'ordre chronologique, mais il décida de faire le chemin à rebours.

S'emparant de 125 pages détaillées annexées au « Seigneur des anneaux » par Tolkien, Peter Jackson développe les aventures de Bilbon Sacquet, fils de Bungon Sacquet et Belladonna Touque, né à Cul-de-Sac, le 22 septembre 1290 (dans le calendrier de la Comté). Malgré sa petite taille et ses grands pieds poilus qui ne le rendent pas particulièrement sexy, Bilbon s'emploie à travers son pèlerinage initiatique en Terre du Milieu à confirmer l'assertion de Dame Galadriel selon laquelle « même la plus petite personne peut changer le cours de l'avenir ».

Et de fait, le Hobbit va jouer à plusieurs occasions un rôle déterminant au cours de cette Bataille des cinq armées. Menés par leur roi Thorin Ecu-de-Chêne, les nains ont repris possession de leur trésor sur lequel le dragon Smaug veillait, assoupi, depuis des temps immémoriaux. Réveillé, il sème la désolation sur les familles sans défense de la cité lacustre d'Esgaroth avant d'être abattu en plein vol par Barde l'Archer. Malheureusement, son esprit putride rôde encore sur Erebor et infiltre le cerveau du noble et courageux Thorin, qui devient mégalo, égoïste, ivre de pouvoir et de richesse. Tandis que Sauron, le Seigneur des Ténèbres, envoie ses orques à l'assaut, les elfes, les nains et les hommes doivent unir leurs forces. Bilbon tente de convaincre Thorin de se rallier à la coalition. Rien n'est perdu. Comme disait Werner Herzog : « Les nains aussi ont commencé petits. » Grâce à Bilbon, ils sortiront grandis de l'aventure. Mais pas au complet.

Source: lesechos.fr

Pour la page de catégorie

Loading...