Antoine Griezmann brise le rêve de l'Olympique de Marseille

16 mai 2018 20:57

5 0

Antoine Griezmann brise le rêve de l'Olympique de Marseille

Le club français s'est incliné 3-0 en finale de l'Europa League face à l'Atlético Madrid. Son troisième échec à ce stade de la compétition.

Encore raté ! L'Olympique de Marseille a perdu une troisième finale d'Europa League, contre l'Atlético Madrid (3-0), terrassé par un doublé d'Antoine Griezmann et plombé par la blessure de Dimitri Payet, mercredi à Lyon.

« Grizou », lui, a vaincu la malédiction, après deux finales perdues en 2016, la Ligue des champions et l'Euro, il a littéralement porté les « Colchoneros », ses deux buts (21e, 49e) en finale s'ajoutent à ceux qu'il a marqués à chaque tour de C3 depuis les 16e de finale.

Avec un dernier but du capitaine Gabi (89e), l'Atlético Madrid ravale un peu sa peine des deux C1 perdues contre le Real Madrid en 2014 et 2016, mais l'OM l'a bien aidé en se sabordant pour perdre sa quatrième finale continentale sur cinq.

Comme en 1999 contre Parme et 2004 contre Valence, les Phocéens ont commis un petit suicide sportif. Frank Anguissa a rejoint sur les étagères de la boutique des horreurs de l'OM Laurent Blanc et Fabien Barthez : son contrôle complètement manqué sur une abominable relance axiale de Steve Mandanda a profité à Antoine Griezmann, qui a saisi l'occasion d'ouvrir le score et d'exécuter sa danse de zébulon. Cruel pour le Camerounais, un des meilleurs sur la pelouse avant cet instant qui l'a laissé hébété un moment.

L'OM a pourtant eu la première occasion, mais Valère Germain a gâché un bon ballon de Dimitri Payet en tirant au-dessus (4e). Ce sera le seul beau geste du capitaine marseillais, « Dim » a dû abandonner la partie, en larmes, remplacé par Maxime Lopez (35e).

Finalement sa cuisse n'a pas tenu, et le Mondial en Russie s'éloigne pour de bon, à la veille de la liste de Didier Deschamps, un drame pour Payet.

Les hommes de Rudi Garcia se retrouvaient menés et privés de leur étoile... Et comme l'autre, Florian Thauvin, est restée transparente, le défi devenait impossible. Dès le début de la seconde période, sous la pluie, l'OM a craqué, Mandanda s'inclinant une deuxième fois face à son coéquipier en Bleu, servi dans la profondeur par Koke (49e).

Une nouvelle finale s'envolait. Rudi Garcia faisait entrer Clinton Njie pour Ocampos, mais cette mission était trop difficile pour « Super Sub », qui a vendangé sa seule occasion (87e)... Dans un stade plus blanc que rouge, où les supporters de l'OM se sont fait reprendre à l'ordre pour avoir craqué beaucoup de fumigènes, le combat n'a jamais vraiment eu lieu. Comble d'amertume, Kostas Mitroglou, entré à la place de Germain, a vu sa tête frapper le poteau puis lécher la ligne de but (81e).

Au moins les supporters marseillais n'ont rien cassé pendant le match chez Jean-Michel Aulas, le président lyonnais. Ils n'ont plus que leurs yeux pour pleurer, après les échecs de 1991 en Ligue des champions, puis de 1999 et 2004. Ils se raccrochent donc toujours au triomphe de 1993, mais Basile Boli est toujours le seul buteur marseillais en finale européenne.

Lire aussi: En 2050, plus de deux tiers de l'humanité vivra en ville

Source: lesechos.fr

Pour la page de catégorie

Loading...