A son tour, l'américain Best Buy quitte la Chine

4 décembre 2014 23:00

12 0

Le spécialiste de l'électronique grand public a vendu ses magasins à un groupe local.Plusieurs enseignes occidentales ont, déjà, quitté le pays.

Marché au gigantesque potentiel, la Chine n'est pas pour autant facile à conquérir pour les distributeurs étrangers. Cela fait déjà plusieurs semaines que la filiale locale de Carrefour, par exemple, voit ses ventes s'éroder à périmètre comparable. Et plusieurs grandes marques mondiales du « retail » ont déjà battu en retraite. Cela a été notamment le cas du britannique Tesco, qui, mi-2013, a cédé le contrôle de ses hypermarchés à l'opérateur local China Resources Enterprise (CRE). Toujours l'an passé, Home Depot, le champion américain du bricolage, fermait ses sept grandes surfaces chinoises. Dans le même temps, l'allemand Metro renonçait à développer dans le pays son concept de magasin de produits électroniques grand public.

C'est dans ce même secteur que le distributeur américain Best Buy a annoncé hier avoir mis un terme à son aventure sur le marché chinois en cédant sa filiale Five Star à un groupe local. Five Star, que Best Buy avait acquis en 2006, opère en Chine avec 184 grandes surfaces, calquées sur les magasins qui ont fait la fortune du groupe aux Etats-Unis mais qui sont fortement concurrencées par de très dynamiques distributeurs en ligne comme Taobao, le site marchand d'Alibaba, l'Amazon chinois.

Five Star va être repris par le groupe immobilier Jiayuan Group, qui a convaincu l'actuel dirigeant de la société, Yiqing Pan, de demeurer à son poste. Best Buy ne précise pas les conditions financières de l'opération. Mais le groupe indique qu'elle ne devrait pas avoir un impact substantiel sur ses comptes. Avant l'été, rappelle l'AFP, le « Wall Street Journal » avait mentionné une valorisation de l'ordre de 300 millions de dollars.

Ce désengagement va permettre à Best Buy « de se concentrer encore davantage sur ses activités nord-américaines », a souligné son directeur général français, Hubert Joly, cité dans le communiqué publié hier. De fait, Best Buy doit aussi répondre au défi posé par la concurrence de l'e-commerce sur son marché domestique. C'est même pour lui une question de survie.

On notera qu'en Chine, pour beaucoup d'enseignes occidentales, l'implantation se fait en partenariat avec des entreprises locales, comme le rachat lorsqu'il s'agit de quitter le territoire.

Source: lesechos.fr

Pour la page de catégorie

Loading...