248,3 milliards de francs mobilisés en fin février

1 avril 2015 21:56

6 0

248,3 milliards de francs mobilisés en fin février

''Au cours des deux premiers mois de l'année 2015, la gestion budgétaire a été marquée par une hausse satisfaisante des ressources mobilisées, conjuguée à une progression soutenue des dépenses publiques’’, note le document reçu à l’APS, mercredi.

Il souligne que les dépenses totales et prêts nets, évalués à 286,3 milliards, ‘’sont en hausse de 23,6%, sous l’effet de la progression des dépenses courantes et des investissements publics’’.

Ainsi, relève la DPEE, ‘’le solde budgétaire global (dons compris) à fin février 2015 est évalué en déficit de 38 milliards contre 0,2 milliard un an auparavant’’.

Selon le point mensuel, ‘’les ressources mobilisées sont composées des recettes budgétaires pour 237,4 milliards et des dons évalués à 10,9 milliards’’.

Il explique que la hausse des ressources ‘’provient essentiellement des recettes budgétaires qui ont augmenté de 11,8%’’.

Cette hausse reflète aussi ‘’la progression enregistrée au titre du recouvrement de l’impôt sur les sociétés (+18,8 milliards), de l’impôt sur le revenu (+8,3 milliards) et des droits d’enregistrement et timbre (+2,3 milliards) qui se sont établis respectivement à 42,5 milliards, 45,3 milliards et 11,2 milliards’’.

Cependant, note la même source, ‘’ces hausses ont été atténuées par le faible niveau de recouvrement de la TVA à l’import et des droits de porte qui s'inscrivent en baisse respectivement de 4,6 milliards et 1,9 milliard en atteignant 30,3 milliards et 22,2 milliards’’.

Les dépenses publiques, évaluées globalement à 286,3 milliards, ‘’ont, pour leur part, affiché, à fin février 2015, une augmentation de 54,7 milliards (+23,6%), comparativement à la même période de 2014’’.

Selon la DPEE, ‘’cette hausse provient aussi bien de l’accroissement des dépenses courantes que des investissements’’.

En effet, souligne le point mensuel, ‘’les dépenses courantes sont estimées à 209,2 milliards contre 168,2 milliards un an auparavant, soit une évolution de 24,4%’’.

Cette tendance, explique le document, ‘’traduit principalement l’évolution des charges au titre des intérêts sur la dette publique (+69%), des dépenses de fonctionnement (+24%) et de la masse salariale (+16,2%)’’.

La DPEE note que la progression des intérêts sur la dette publique ‘’reflète l’impact de l’échéance des Eurobonds et des prêts bancaires’’. Les investissements, évalués à 77,2 milliards, ‘’sont en hausse de 15,3 milliards (+24,8%)’’.

Selon le point mensuel, ‘’cette dynamique résulte essentiellement des investissements sur ressources internes qui passent de 30,3 milliards à 48,2 milliards sur la période’’.

Il ajoute que les investissements sur ressources extérieures ‘’sont estimés à 29 milliards contre une réalisation de 31,6 milliards un an auparavant, soit un repli de 8,1%’’.

Source: leral.net

Pour la page de catégorie

Loading...