Recevez les dernières nouvelles mises à jour continuellement sur les sujets les plus suivis avec NewsHub. Installez-le maintenant.

Affaire des primes de recherche- le saes alerte sur les « affabulations » de l’administration rectorale

10 octobre 2017 08:41
5 0
Affaire des primes de recherche- le saes alerte sur les « affabulations » de l’administration rectorale

A la lecture du communiqué de presse produit par le service de la communication de l’UCAD ce 6 octobre 2017, la Coordination SAES du Campus de Dakar se réserve le droit d’apporter une réponse aux incohérences et affabulations de l’administration rectorale. Ainsi, il invite l’opinion à juger face à une administration qu’il considère manipulatrice.

« Durant les mois d’août et de septembre, la coordination SAES de l’UCAD n’a eu de cesse, par des communiqués de presse et un sit-in, d’alerter l’opinion publique et les autorités sur la situation désastreuse à l’UCAD », a d’emblée déclaré le SAES. Selon lui, le jour du dernier sit-in, organisé le 28 Août 2017 devant le rectorat pour réclamer le paiement des sommes dues, les représentants du recteur (le vice-recteur, le secrétaire général du rectorat, le directeur des finances et de la comptabilité et le conseiller spécial du recteur) leurs avaient convié à une discussion au cours de laquelle ils ont sollicité un délai de 72h pour disposer des ressources financières nécessaires. « A la date du 31 Août 2017, suite aux nombreux problèmes rencontrés par les enseignants de l’UCAD et face à l’incapacité de l’administration rectorale, la coordination avait sorti un communiqué demandant à ses militants d’arrêter toutes les activités pédagogiques jusqu’au paiement effectif de toutes les sommes dues », a fait savoir le SAES. Ainsi, pour le syndicat, pendant tout le mois de septembre l’administration rectorale n’a rien fait pour trouver des solutions.

Le recteur et son équipe ont simplement pris leurs vacances préférant délaisser l’institution, tout en demandant aux enseignants de rester sur place pour corriger les copies : un leadership par le mauvais exemple. Donc, grande fut leur surprise lors qu’ils ont lu dans le communiqué que « Le rectorat affirme qu’aucune autorité n’a pris l’engagement, ni oral ni écrit, à payer primes, per-diem ou indemnités à une date donnée. ». Le paroxysme du caractère fallacieux de ce communiqué est de prétendre avoir payé les salaires du mois de septembre depuis le 4 octobre 2017 ; alors qu’à cette date, l’UCAD n’avait même pas reçu l’argent du trésor public pour le faire. En ce qui concerne les sommes dues, le fait que certains états ne soient pas encore traités montre la déliquescence administrative à l’UCAD. Cependant le SAES de révéler que toutes les dates qui ont été avancées dans le communiqué sont fausses et les collègues peuvent les vérifier dans les relevés de leurs comptes bancaires.

A plusieurs occasions le recteur et/ou son cabinet ont tenu des promesses qui se sont révélées fausses. « Au lieu de présenter ses excuses aux enseignants et à leurs familles pour tous les désagréments causés par son incompétence, son manque d’initiative et de compassion, le recteur se permet de dire des contrevérités qui ne l’honorent pas et le décrédibilisent devant ses collègues enseignants-chercheurs (déçus, indignés, trahis, abusés et abandonnés, et qui n’ont plus le cœur à l’ouvrage) », a laissé entendre le syndicat. Et pour mettre fin à ces genres de pratique, la coordination SAES de l’UCAD décide de sanctionner par un procès-verbal et des enregistrements vidéo toutes les futures discussions avec le Recteur et les membres de son cabinet. « L’UCAD a besoin d’un recteur présent, qui anticipe sur les problèmes, prend des initiatives et capable de résoudre des problèmes ; mais pas d’un recteur dont l’éternelle réponse est « je n’ai pas d’argent », et incapable d’appliquer les directives du Trésor consistant à emmener les états dès que traités et non les accumuler jusqu’à atteindre une certaine somme difficilement mobilisable », a fait savoir le syndicat.

Enfin la Coordination SAES rappelle qu’elle suivra toujours sa philosophie d’action : faire son devoir avant de réclamer ses droits, malgré les conditions inhumaines de travail (effectifs pléthoriques, manque d’infrastructures et de matériels, etc.). « La coordination SAES du campus de Dakar, pour opérationnaliser le mot d’ordre de boycott pédagogique, continue à demander aux camarades de ne point remettre les copies, donner les sujets de rattrapage, de boycotter les examens jusqu’au paiement total, intégral et effectif des sommes dues des premier et deuxième semestres », a annoncé le SAES.

Source: rewmi.com

Partager sur les réseaux sociaux:

Commentaires - 0